DE  FR  
 
 
 

Cloisons

Les parois érigées après le gros oeuvre effectif et fixées au système porteur et maintenues sur deux, trois ou quatre côtés sont désignées comme cloisons non portantes.

Raccords aux constructions portantes

Fixations latérales

Détail pied de la paroi

Raccords aux éléments de construction adjacents: les illustrations ci-dessus, montrent les possibilités d'ancrage des cloisons à différents systèmes porteurs.

L'ancrage latéral pour des constructions en acier ou dans les rainures verticales des linteaux en béton armé est simple à exécuter solidement. Si, pour des raisons de simplification au niveau du coffrage, il est renoncé aux rainures, un profil en U peut être appliqué après coup sur les pilliers en béton armé. Une variante consiste au scellement ou rivetage d'un rail d'ancrage (dans le coffrage). L'étrier d'ancrage peut ainsi être simplement maçonné dans le joint d'assise. Le nombre d'ancrages par mètre linéaire est adapté aux dimensions de la paroi et aux charges attendues. Cette solution de raccord s'impose aussi lorsque les parois intérieures non portantes sont raccordées latéralement aux parois maçonnées ou en béton.

Lorsque les parois ou cloisons intérieures ne peuvent pas être érigées jusqu'au niveau du plafond, le raccord supérieur doit être effectué dans le même style que le raccord latéral, c'est-à-dire flexible et élastique.

Les très longues parois intérieures ou les parois isolées doivent être soutenues. Dans ce cas, il y a lieu de veiller à ce que les points de raccord supérieurs des appuis ne subissent pas de charges par le fléchissement des plafonds. Le soutien avec des linteaux en acier (profil [ ou |) s'effectue jusqu'à l'arête supérieure de la paroi et se fixe à la construction portante, sur les parties supérieure et inférieure, au moyen d'éclisses à fentes. Les fentes permettent les mouvements verticaux, empêchent toutefois le déplacement horizontal.